BdM AteliersBdM Ateliers
Arts Sacré

Un choeur rayonnant pour Notre-Dame de Boulogne

Aménagement liturgique

Trouver l'harmonie

Matières : Marbre de carrare, pierre de  Saint-Maximin, chêne, velours rouge
Réalisation : novembre 2019

Pour les 700 ans de l’église Notre-Dame de Boulogne, l’équipe paroissiale a lancé un grand chantier de rénovation de l’église et de réaménagement du chœur. Quelle Joie d’avoir pu dessiner et réaliser un aménagement dans cette si belle église pour ses 700 ans.

Merci Monseigneur Rougé d’avoir permis ce projet, père Richard d’avoir initié cet aménagement, père Henri de l’avoir réalisé et José de nous avoir prêté son église… Je ne te la rends pas dans l’état où je l’ai trouvé, j’espère que vous ne m’en voudrez pas !

Merci à toute mon équipe Simon, Hadrien, Benoit, Joseph et Laure qui ont fait un travail remarquable dans des délais bien chahutés.

Merci à l’équipe d’Hérès pour le travail du marbre et de la pierre, à Artefacts pour l’installation et les finitions de l’autel, à Valérie Blondeau pour l’habillage des fauteuils, à Luc Raymond pour l’installation électrique. Merci à tous pour cette belle collaboration.

Mais je tiens surtout à vous remercier vous tous, les paroissiens de Notre-Dame de Boulogne, d’avoir permis, porté et encouragé ce beau chantier.
J’espère qu’il est à la hauteur de la beauté de votre communauté.

Ce serait long de vous détailler le sens de chaque élément du mobilier. Dans l’atelier, nous nous posons la question du sens que peut prendre telle dimension, telle courbe ou tel nombre. Les principes qui ont conduit  les dessins étaient de se fondre dans l’écrin que nous offre Notre-Dame et d’aménager un chœur et un mobilier qui portent la liturgie et la prière, qui touchent les âmes par la recherche d’harmonie et de sens.

La table de l’autel, en marbre, est prête pour le dernier repas, posée sur la pierre du sacrifice qui nous rappelle la mort du Christ sacrifié pour nos péchés. Ce dialogue entre ce bloc de pierre calcaire de St Maximin, brut, et le marbre de Carrare, ouvragé, sont comme l’ancien et le nouveau testament que l’un prépare et que l’autre accompli.

Les traces présentent sur la pierre de sacrifice dessinent un rayonnement : celui du Bon Berger qui vient à notre rencontre, que nous soyons une brebis perdue ou le troupeau de ses brebis. On peut ressentir la joie du Bon Berger qui vient vers nous, foulant d’un pas léger les cailloux et les embûches que nous rencontrons sur la terre. Il tient avec tendresse la brebis qu’il vient de sauver et regarde avec joie les brebis que nous sommes et vers qui il accoure. Ses vêtements et la ceinture sous sa taille soulignent le mouvement de sa marche que l’on sent dynamique.

Du côté du prêtre, le rayonnement du Saint-Esprit vient nous apporter la Foi et La Parole de Dieu. La flamme de l’Esprit-Saint qui irradie la pierre est un feu ardent, doux  et chaleureux dans lequel nous avons envie de venir nous consumer de cet amour. Ce feu vient réchauffer notre âme.

Deux grands arcs encadrent ces deux éléments, ils sont entourés de 12 autres arcades qui symbolisent les 12 apôtres.

Le marbre de Carrare, travaillé dans le style néogothique, vient se fondre dans les ornements de l’église qui ont fait naître cet ensemble liturgique. En reprenant le jeu de matière du maître autel (marbre blanc et pierre jaune), l’autel placé au centre de l’église rayonne sur l’estrade octogonale en chêne.

Toutes les fibres du bois jaillissent de la lumière de la pierre blanche. Le chêne qui provient de bois français évoque l’enracinement de l’Eglise dans un lieu et dans une époque. L’octogone est composé de 8 cotés, chiffre qui exprime l’accomplissement de la création, 7 jours + 1.

Sur l’ambon sont sculptés les quatre évangélistes entremêlés avec leurs symboles tétramorphes dans un mouvement qui reprend le symbole de l’infini, chacun tenant un livre de la Bible dont la forme lui est propre.

  • Marc dont le symbole est le lion qui rugit dans le désert, est en action. Il écrit comme sa manière de présenter la vie du Christ, par ses actions.
  • Luc avec le taureau présente le Christ incarné en relation avec l’homme. Sur cet ambon Luc est en conversation avec nous.
  • Matthieu et son symbole de l’ange, est érudit. Il présente Jésus dans la tradition. Dans cette représentation, il nous enseigne.
  • Puis Jean le contemplatif que l’on sent pensif avec l’aigle qui plane.

Les arcades de l’ambon reprennent celles de l’autel et de l’édifice.
Au centre, la colombe vient se poser sur nous. C’est l’Esprit qui a inspiré les Saintes Écritures et qui vient nous les révéler.

Pendant la réalisation des dessins et de tous ces éléments, j’ai travaillé comme celui qui écrit une icône en priant pour la paroisse et pour ceux qui passeront près de ce mobilier. Encore Merci à tous pour votre soutien dans la création de ces éléments et pour vos prières.

Que cet anniversaire des 700 ans de votre paroisse, à travers ce nouveau mobilier, vienne nourrir notre Foi et nous mette toujours plus en chemin vers Celui qui s’apprête à naître pour nous dans quelques semaines.
Bel Avent à tous,

Bruno de Maistre, Sanctuaire de Notre-Dame de Boulogne, le 30 novembre 2019

About

Bruno de Maistre – Ebeniste créateur

Formé en école d’art (Penninghen) puis en agence de communication, Bruno de Maistre a acquis les mécanismes de la créativité, un esprit de disruption et une capacité à s’appuyer sur sa curiosité sans limite pour nourrir son imagination. C’est ensuite à l’école Boulle qu’il a appris les techniques, les gestes et les réflexes lui permettant d’appliquer la recherche conceptuelle à la matière. En parallèle, il a suivi une licence d’Arts Sacré à l’ICP. Ces trois compétences sont les moteurs du travail des Ateliers BdM dont il est le fondateur depuis 2011.

Categories

La passion au bout des doigts

Nous nous plions en quatre pour vous